localisation
 
Type de bien
 
Votre budget
 
Votre surface
 
 

Détails REVUE DE PRESSE

Un grand dessein commun, une ambition partage, par :


Gilles RICOUR DE BOURGIES
Prsident FNAIM Rgion Ile-de-France

Nul ne peut ignorer aujourd'hui la gravit de la crise qui impacte l'conomie dans sa globalit. Chacun se perd nanmoins en conjectures sur sa dure et sur la manire dont nous allons la surmonter.
A l'inverse des grands secteurs qui structurent l'conomie (automobile, construction...), nous savons d'ores et dj que le salut de l'emploi priv, et donc le ntre, ne viendra pas de la manne financire tatique. Pourtant, notre rle socital est capital car notre mission est de loger ceux qui cherchent un toit. Nous devrons donc nous en sortir par nos propres moyens.

L'agent immobilier, homme de terrain et de bon sens,
rgulateur du march de proximit

En effet, nous fdrons des PME voire des TPE. A ce titre, nous appartenons au monde de l'conomie relle qui subit aujourd'hui les consquences de l'implosion de la bulle de l'conomie financire. Cette dernire a, entre autres, utilis le crdit immobilier pour infester le monde de la finance de produits toxiques. Prestataires de service, nous sommes mille lieues de l'conomie virtuelle. Notre mtier consiste vendre et grer des biens immobiliers, non fabriquer des produits financiers. Cependant, l'image de toutes les professions immobilires est impacte par l'origine mme de la crise. En effet, les subprimes qui ont dclench le processus sont des produits issus des contraintes imposes l'octroi de crdits immobiliers.
Or, en France, la culture de l'immobilier patrimonial et la rglementation nous prservent de la titrisation abusive des actifs immobiliers.
A l'inverse de pays comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ou l'Espagne, pour nous, le logement n'est pas un bien d'usage. Cela rsulte du fait que nous ne pratiquons pas le financement du logement au moyen de prts hypothcaires long terme rechargeables et taux variable. Ce qui expose les emprunteurs et le march au risque du retournement de cycle et celui de l'augmentation du loyer de l'argent.
Nous travaillons dans notre quartier, nous en connaissons les immeubles, mais aussi les us et coutumes. Nous sommes les rgulateurs du march immobilier de proximit. A l'inverse du papier financier, les immeubles que nous avons en portefeuille ne voyagent pas sur le web par le biais des salles de march. Ce sont des biens physiques.

Une configuration complexe, tant pour l'acheteur que pour le vendeur


Certes, la spculation financire a aussi gnr une spculation sur tous les biens rels. Ce qui a provoqu une hausse excessive du prix de l'immobilier et des loyers. Aujourd'hui, le march est bloqu car les vendeurs tiennent leur prix et les acheteurs attendent que a baisse. De plus, les banquiers ont d'autres priorits que de permettre aux particuliers de devenir propritaires. Il devient ainsi de plus en plus compliqu de monter un dossier de crdit. De nombreux compromis avec clause d'acceptation d'un crdit deviennent caducs. Car, bien souvent, les conseillers bancaires incitent leurs clients attendre une baisse des prix.
Pourtant, l'Ile-de-France est une rgion qui prsente une large palette de profils immobiliers. Ils vont de l'appartement avenue Foch Paris ou de l'htel particulier Villa Madrid Neuilly, aux maisons situes dans des bourgs de quelques milliers, voire parfois quelques centaines d'habitants en milieu rural, sans oublier les petites coproprits, les pied--terre dans les quartiers chics de Paris ou les maisons de campagne. Croyez-vous que l'impact de la crise financire soit le mme pour nos adhrents qui se trouvent l'une ou l'autre extrmit de ce spectre ?

Repositionnement stratgique et redploiement
des actions de la FNAIM Ile de France

Cependant, mutualiser nos comptences et nos expriences nous permettra de rinventer notre profession et de nous prparer l'aprs-crise. Car nous sommes obligs de nous remettre en cause. Nos agences sont nos fonds de commerce. C'est notre emploi et celui de nos collaborateurs qui sont menacs. Comme tous les entrepreneurs, nous devons tre ractifs, je dirais mme proactifs.
Dans la conjoncture actuelle, nous devons veiller la cohrence de nos engagements avec la ralit du terrain. C'est pourquoi nous sommes prts faire face aux difficults et mettre en oeuvre les moyens adquats pour en sortir.

Tous ensemble, nous allons reprendre l'initiative sur le terrain.
Soyons lucides, mobiliss et dtermins !

Site internet Chambre de Paris - IDFTélécharger le journal au format PDF
09.Dec.2010